La colonisation belge au Congo et le malaise de ceux qui savent.


Pour citer cet article : BEN AISSA I. (Nov. 2019) « La colonisation belge au Congo et le malaise de ceux qui savent », Analyse n°9, Edt. Kwandika de Bamko-Cran asbl, Bruxelles

Cet article sur le tabou de autour de l’histoire de la colonisation. L’enseignement de la colonisation malgré les faits historique, certains outils pédagogiques et le Musée de Tervuren reste quasi-nul. Pourquoi ce sujet reste t-il à la discrétion des enseignements? Devons nous attendre qu’Hollywood et les célébrités en parlent?

La colonisation belge au Congo est un douloureux souvenir qui n’est pas si lointain que cela. Ce sujet questionne et notamment quant à la manière d’aborder cette partie de l’histoire. Le silence n’est pas une bonne réponse et pour beaucoup, il faut en parler. Tant mieux. Pourtant, il y a encore à faire sur le sujet, c’est dans ce contexte que l’on entend parfois parlerdes statues du roi Léopold II, qui se retrouvent dans certaines places et rues en Belgique. Différents incidents qui ont eu une page médiatique et qui posent la question du sens et de la présence de ces statues dans nos rues. Qu’il s’agisse d’y verser un pot de peinture à la couleur du sang sur l’une de ces statues[1] ou le fait de les retirer de leur endroit c’est notamment ce qui s’est passé à Forest où l’on a remplacé la statue de Léopold II avec celle de Nelson Mandela[2], un malaise est présent sur cette question. Un petit rappel des faits est nécessaire.

1885 à 1908 : une période noire pour le peuple congolais

Plusieurs articles et documentaires sont disponibles afin de se faire une idée de ce qui a pu se passer au Congo lors de la colonisation belge sous Léopold II. Certains arabes qui étaient présents au Congo, bien avant les belges, afin d’y exploiter les individus pour la traite d’esclaves, auraient été moins sanguinaires au regard de ce qu’a fait le souverain des belges à cette époque.[3] Dans les deux cas, le peuple congolais se trouvait être dans une succession d’épisodes de sauvageries de la part de différents peuples sur Terre.

Concrètement, ce qui est à retenir de cette période, ce sont les millions de morts civils, on parle plus précisément de 10 millions de morts afin d’exploiter ce territoire africain aux richesses innombrables pour l’économie de la Belgique.[4] De l’ivoire à l’industrie du caoutchouc, ce sont des milliers de villages que l’on terrorise, que l’on force à l’esclavage ou au travail forcé, on construit des représentations dégradantes de ces peuples au point de les comparer à des animaux à civiliser.

Des massacres et des crimes se feront sur les différentes tribus du peuple congolais, comme cet horrible acte barbare la plus répandue : la section de la main. Il est dit à ce sujet : « La punition la plus répandue était la section de la main. Si les villages ne rendaient pas la quantité de caoutchouc dont on avait besoin, on prenait les hommes mâles adultes et on leur coupait la main. La deuxième fois, on leur coupait l’autre main. Si la famille continuait à ne pas donner le caoutchouc, on tuait. »[5]  L’auteur du livre « Il pleut des mains sur le Congo », Marc Wiltz s’appuie sur les textes des explorateurs et écrivains de l’époque, tels Joseph Conrad, Conan Doyle ou Marc Twain[6] en parlant de la section de la main parle d’un tiers de la population du Congo qui auraient perdu la vie par cette pratique monstrueuse.[7]

Son ouvrage exprime aussi cette volonté de justifier par tous les moyens, la présence de la Belgique au Congo : « La « mission civilisatrice » de l’Europe, d’une Belgique justifiant et occultant les crimes commis sur les populations indigènes du Congo, exterminées sans aucun état d’âme par l’homme blanc, est omniprésente dans ces pages sincères, et comme poreuses  d’une abjection glaciale. Tout cela au nom d’un roi « humaniste » et « philanthrope », comme était alors  perçu le  roi des Belges. »

Le Musée Tervuren : le dernier musée colonial au monde

Il y a un an de cela, le musée africain de Tervuren ouvrait à nouveau ses portes après plusieurs années de rénovations et de travail sur le contenu de cette histoire. Décoloniser le musée est un objectif est clair pour ses responsables. Il n’est pas question de continuer cette approche coloniale qui a eu des conséquences considérables sur les représentations des populations africaines jusqu’à aujourd’hui. Un renouveau pour ce musée donc, qui laisse tout de même quelques réflexions en suspend.

La plus importante de cette réflexion est de savoir pourquoi les objets qui ont été volés au Congo ne sont-ils pas restitués au gouvernement de la République Démocratique du Congo ? Au lieu de cela, nous découvrons que ce qui est présenté dans le musée, représente 1% de ce qui est en la possession de la Belgique et qu’actuellement, il y a des ventes de ces objets qui ont lieu. Une demande restitution a déjà été faite par le gouvernement congolais.

Dernièrement, nous sommes partis visiter le musée rénové, il y a de multiples approches de l’Afrique, on y aborde la propagande coloniale, les richesses de l’Afrique, sa faune, sa flore, ses cultures et ses traditions aussi. Des groupes de visiteurs s’y retrouvent, des jeunes comme des moins jeunes.

Actuellement, il n’y a pas encore de dossier pédagogique pour les enseignants qui viennent avec leurs élèves sur place, mais il serait bientôt disponible. Le dossier de presse est quant à lui, disponible. Notons que les décisions en ce qui concerne ces questions ne sont pas entre les mains des responsables du musée d’Afrique, mais bien des politiques. C’est d’ailleurs au gouvernement belge que les Nations-Unies se sont récemment adressées et ce, à propos de son passé colonial. En effet, « un groupe d’experts des Nations-Unies sur les personnes d’origine africaine a recommandé lundi aux autorités belges de présenter les excuses du royaume pour son passé colonial. »[8]

Pour ne jamais oublier : mobiliser le monde de l’enseignement ?

L’enseignement serait la solution pour transmettre cet épisode sombre de l’histoire de la Belgique. Il serait demandé aux enseignants du cours d’histoire d’en parler dans le cadre de leur matière. Si beaucoup d’enseignants abordent ce sujet dans leurs classes, il est important de comprendre que le système actuel dans l’enseignement n’oblige pas les enseignants à aborder un contenu en particulier. En effet, les enseignants doivent dorénavant évaluer les apprenants par le biais des compétences et des concepts, le contenu n’est qu’un prétexte et n’est pas imposé. Cela reste donc un choix de l’enseignant d’en parler ou pas.

Pour les enseignants qui en parlent –merci à certains d’entre eux pour leur disponibilité afin de répondre à mes questions-, plusieurs outils pédagogiques[9] sont disponibles. En effet, selon le retour de plusieurs enseignants du cours d’histoire à Bruxelles, il y a réellement moyen d’aborder cette thématique en profondeur. Mais là encore, libre à chaque enseignant d’aller en profondeur ou en surface.

Ce chapitre de l’histoire belge a eu un impact important sur la population et notamment sur les stéréotypes envers les communautés africaines. Cela va au-delà de raconter une histoire. Aussi, si les limites reliées à l’enseignement de la colonisation belge au Congo sont réelles, nous devrions peut- être aborder cette matière comme pour celle de l’éducation à la sexualité et qui intègre des intervenants externes, lors d’une année précise. C’est un moyen plus certain pour garantir la sensibilisation à cette question dans le cadre de l’enseignement. Du côté politique, il était question de soumettre une proposition de loi quant à l’enseignement obligatoire de ce sujet.

Aussi, pour atteindre d’autres publics, ce sujet devait être porté par différents biais, à côté du monde de l’enseignement. Si certaines associations travaillent déjà sur la question, il serait peut-être intéressant de construire une émission en collaboration avec ces milieux associatifs et des experts. Cette émission intégrerait cette douloureuse histoire coloniale. Si une émission intitulée « Tout ça ne nous rendra pas le Congo » a pu exister, nous pouvons très bien imaginer, une émission qui aborderait ces thématiques et qui aideraient à une meilleure cohésion sociale et au bon vivre ensemble. Devons-nous attendre que des artistes pour en parlent ? C’est effectivement le cas d’un jeune belge, rappeur, Roméo Elvis qui dans dernier album, présente un titre intitulé : La Belgique Afrique[10] et qui parle de la colonisation belge au Congo. C’est aussi le cas d’Abdel en vrai[11] qui par le biais de ses capsules vidéos analysent différents types de situations, des phénomènes sociaux et historiques.

Et maintenant ?

Ce sujet est un malaise pour ceux qui connaissent l’histoire de la colonisation belge au Congo. Est-ce étonnant qui certains s’expriment de manières « exagérées », comme pour ces fameuses statues de Léopold II ? Certains appelleraient cela du vandalisme, pour d’autres, il s’agit surtout d’actions citoyennes. Lors d’un débat politique à Bruxelles, les différents partis politiques francophones semblaient être d’accord, pour pourvoir une plaque explicative à côté des statues de ce roi sanguinaire. Pour le moment et « contrairement à la Wallonie et à Bruxelles, pratiquement toutes les statues à l’effigie de Léopold II ont été pourvues ces dernières années en Flandre d’une plaquette explicative quant au rôle joué par l’ancien monarque dans la colonisation du Congo, rapportent vendredi les journaux du groupe Mediahuis. Dernière en date à prendre une telle initiative: la commune d’Ekeren dans la banlieue d’Anvers. »[12]

Enfin, récemment, nous apprenions que le célèbre acteur et réalisateur, Ben Affleck compte sortir un film[13] sur la colonisation belge au Congo. Devons-nous attendre la sortie de ce film pour que nos jeunes et moins jeunes apprennent les crimes contre l’humanité de cet événement du passé qui a duré tout de même 80 ans ? Cela serait en partie une honte, mais un outil considérable pour ceux qui ont à l’esprit, ce devoir de mémoire.

Références:

  •  Il pleut des mains sur le Congo de Marc Wiltz
  • La statue équestre de Léopold II badigeonnée de peinture à Bruxelles
https://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_la-statue-equestre-de-leopold-ii-badigeonnee-de-peinture-a-bruxelles?id=9825049
  • Un outil pédagogique pour aborder la colonisation au Congo

https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_oui-il-faut-enseigner-l-histoire-du-colonialisme-a-l-ecole?id=10001059

Quelques mots sur l’autrice :

Bruxelloise depuis toujours aux origines africaines, elle est diplômée d’un master en sciences sociales et politique de l’ULB, plus précisément, en sciences de la population et du développement. Elle est l’auteure d’un ouvrage sur la Syrie aux éditions l’Harmattan, experte pour le média américain le The Huffington Post. Enseignante depuis plusieurs années dans le secondaire, elle a également travaillé pour Amnesty International. Elle est aussi médiatrice diplômée de la FWB.


[1] https://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_la-statue-equestre-de-leopold-ii-badigeonnee-de-peinture-a-bruxelles?id=9825049

[2] https://www.dhnet.be/regions/bruxelles/forest-une-statue-de-nelson-mandela-a-la-place-de-leopold-ii-dans-le-parc-duden-5c62aeabd8ad5878f0931eea

[3] https://www.nouvelobs.com/monde/afrique/20181220.OBS7462/les-mains-coupees-du-congo-une-horreur-de-la-colonisation.html

[4] https://information.tv5monde.com/afrique/Il-pleut-des-mains-sur-le-congo-lethnocide-colonial-belge-oublie

[5] https://www.nouvelobs.com/monde/afrique/20181220.OBS7462/les-mains-coupees-du-congo-une-horreur-de-la-colonisation.html

[6] https://information.tv5monde.com/afrique/Il-pleut-des-mains-sur-le-congo-lethnocide-colonial-belge-oublie

[7] https://information.tv5monde.com/afrique/Il-pleut-des-mains-sur-le-congo-lethnocide-colonial-belge-oublie

[8] https://www.dhnet.be/regions/bruxelles/forest-une-statue-de-nelson-mandela-a-la-place-de-leopold-ii-dans-le-parc-duden-5c62aeabd8ad5878f0931eea

[9] Un outil parmi tant d’autres : https://ligue-enseignement.be/un-outil-pedagogique-pour-aborder-la-colonisation-au-congo/

[10] https://www.youtube.com/watch?v=u-DU8Z9KQ2A

[11] https://www.youtube.com/watch?v=LrTQhbytEDc

[12] https://www.rtbf.be/info/regions/detail_flandre-la-plupart-des-statues-de-leopold-ii-sont-pourvues-de-plaquettes-explicatives?id=9997089

[13] https://www.rtbf.be/info/medias/detail_ben-affleck-va-realiser-un-film-sur-le-congo-sous-leopold-ii?id=10371582